A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

PESSAH





















Martine Weyl



15 Nissan

Talmud de Jérusalem traité Pessahim chapitre 10, loi 1
D’où savons-nous qu’il faut boire quatre coupes de vin à Pessah?
R. Yohanan répond: elles correspondent aux quatre délivrances: Je vous ferai sortir, Je vous sauverai, Je vous délivrerai, et Je vous prendrai.

Les quatre coupes font aussi allusion aux quatre coupes de châtiment que les nations devront boire lors de la rédemption messianique. Elles évoquent la chute des 4 grands Empires auxquels le peuple juif a été tour à tour assujetti, depuis la destruction du premier Temple (Babylone - Perse -Grec et Romain). Cette défaite des royaumes ennemis d'Israël sera la condition de la délivrance définitive.




FETE-SEDER-HISTOIRE-MODIA-COUTUME-EN ALSACE-ENGLISH-GUIDE-DON-EN ISRAEL-SOUVENIR-MATZA-ETUDE-MASSORTI-PRESENTATION-DOSSIER-COURS-PEDAGOGIE-RAV RON CHAYA-AMAZIGHE-GUEOULA-CHANSON-AKADEM


CUISINE ALSACIENNE
QUIZ
RECETTE
eCARTE 1-eCARTE 2
CARTE


Les 15 étapes de libération, dans la soirée du Sédér de Pessa'h:

1- le kiddouche
2- le lavage des mains
3- la consommation de céleri
4- la brisure de la matsa
5- le récit de la haggada
6- le lavage des mains avant le repas
7- la bénédiction sur le pain
8- la bénédiction précise sur la matsa
9- la consommation de la laitue amère
10- la consommation de maror et de 'harossète
11- le repas
12- le découvrement de la partie de matsa cachée
13- la bénédiction après le repas
14- la récitation du hallél
15- le récit de l'accomplissement










HAGGADA
CHABAD
MODIA
CHIOURIM
PHONETIQUE

ETUDE
TORATEMET
CHIOUR








Haggada von Chajim Ascher ben Anschel aus Kittsee, 1770.



Rabbi Eliézer, Rabbi Yehochoua, Rabbi Elazar ben Azaria, Rabbi Akiba et Rabbi Tarfone étaient attablés à Bné-Brak et s'entretinrent de la sortie d'Egypte pendant toute la nuit de Pessa'h jusqu'au moment où leurs disciples vinrent leur dire : " Maîtres, il est l'heure de réciter le Chema du matin ". (Haggadah de Pessa'h)


































Plateau du Seder


Cours a ecouter
Hallel de Pessah

Nos Sages nous ont prescrit de boire au Sédèr quatre coupes de vin en rappel des quatre expressions employées par D.ieu pour annoncer notre libération d'Egypte :
wehotséti, wehitsalti, wegaalti, welaqa'hti .

Wehotséti - Nous avons été pris hors de l'Egypte.
Wehitsalti - Nous avons été libérés de l'esclavage.
Wegaalti - D.ieu nous a " acquis " comme Ses serviteurs .
Welaqa'hti - D.ieu S'est fiancé avec le peuple juif



Had Gadiasur Morim

Bibilosur Dafina

Had GadiasurDafina

Had Gadiasur hibba

Had Gadiaen Alsace


Le Très Haut est arrivé, béni soit-il,
Et a tué l’ange de la mort
Qui a tué l’égorgeur qui a égorgé le bœuf
Qui a bu l’eau qui a éteint le feu
Qui a brûlé le bâton qui a battu le chien
Qui a mordu le chat qui a mangé le chevreau
Que pour deux pièces mon père avait acheté.
Un petit chevreau, un petit chevreau.
Had Gadia





Click to get cool Animations for your MySpace profile

3 commentaires:

prof a dit…

conference de Manitou sur akadem en 1969
en 1979
1982
1985
1987
1993

prof a dit…

commentaire sur la haggada de pessah

Anonyme a dit…

En quoi diffère Pessa'h chéni (le second Pessa'h) du premier Pessa'h demande le talmud au traité Pessa'him (tosséfta chap 8,parag 3) ?
Le second Pessa'h ne dure qu'un jour, tandis que le premier s'étend sur sept jours répond le talmud. Durant le second, le 'hamets (levain) et la matsa se côtoient, tandis que durant le premier il est interdit de posséder du pain (Pessa'him (95a)).
Quel enseignement dans le service de D. peut-on tirer de cette distinction faite par le talmud entre ces deux fêtes ?
La fête de Pessah' est comparable au service du juste. Son travail est progressif, à l'image de la fête qui s'étend sur sept jours. Ses efforts sont constamment dirigés vers la sainteté. Faire davantage de commandements positifs est son seul combat. Il n'est jamais confronté au mal. Tout comme la fête de Pessa'h où le levain assimilé au mal a été chassé de notre demeure. Notre seul aliment est alors la matsa, comparable au bien.
En effet le pain est l'expression du mal car la pâte gonflée est comparable à l'orgueil. Etre abusivement fier de ses qualités est un tort, source de tous les maux. En cela, le 'hamets est assimilé au mal. A l'inverse, cette matsa qui n'a pas monté exprime l'humilité, réceptacle de toutes les bénédictions. Dès lors le pain azyme est associé au bien.
Par contre la fête de Pessa'h chéni (second Pessa'h) est à l'image du service du baal techouva (repenti). Il est celui qui a été capable de revenir vers D. . Cela a pu se produire en un seul instant. C'est pourquoi Pessa'h chéni ne dure qu'un jour.
Dans certains cas, son retour à l'Eternel lui a permis de voir ses fautes volontaires transformées en mérites. Dans tous les cas c'est sa confrontation au mal dans le passé qui lui donne aujourd'hui la possibilité d'être gratifié de tant de mérites. C'est pour cette même raison que la fête de Pessa'h chéni autorise le côtoiement du pain et de la matsa, du bien et du mal.
A travers Pessa'h chéni, il apparaît combien l'homme repenti aura su tirer profit du combat antérieur qu'il a livré contre le mal.
C'est pour toutes ces raisons que Pessa'h et Pessa'h chéni diffèrent dans leur lois comme dans leur approche de D. !
Que D. fasse que le mérite de Pessa'h comme de Pessa'h chéni nous donnent le mérite de vivre dès aujourd'hui les temps messianiques avec la révélation de notre juste Machia'h.

Issu d'un Discours du Rabbi de Loubavitch -Likoutei Sih'ots Vol XVIII, Sih'a III.