A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

Jeûne de Guédalia
Jeûne du 10 Tevet
Jeûne d'Esther
Jeûne de Tamouz
Tisha bé Av





  • JEUNE DE GUEDALIA


    Aspect Historique


    Le lendemain de Roch Hachana, soit le 3 tichri, la communauté juive se souvient de l'assassinat de Guédalia en jeûnant.


    Guédalia fils d'Ahikam, fut le gouverneur judéen, placé par Nabuchodonosor, roi de Babylone qui avait détruit le premier Temple en - 586.Le rôle de Guédalia était de maintenir la vie juive dans la contrée désolée, mais dans laquelle il restait encore plusieurs milliers de Judéens.Mais un zélote fanatique - un individu nommé Yishmaël Ben Netania - qui refusait toute compromission avec l'ennemi, assassinat Guédalia. La colère du roi de Babylone ne se fit pas attendre, et les quelques milliers de Judéens qui auraient pu constituer le point de départ d'un nouveau yichouv juif, furent à leur tour massacrés ou exilés.


    Les rabbins, devant un tel désastre, fixèrent le 3 tichri comme jour de jeûne national.

    Sens général

    Le jeûne de Guédalia est lié au traumatisme de la destruction (hourban) des deux Temples et de Jérusalem. Le choc fut terrible, non seulement à cause des nombreuses victimes (Flavius Joseph évalue à près d'un million, le nombre de Judéens massacrés par les légions de Titus), mais parce que cette catastrophe, et l'exil qui en découla, sapèrent toute la vision du messianisme biblique que l'on avait reçue depuis Abraham. En effet, le message spirituel d'Israël devait obligatoirement émaner du peuple ayant reçu la Torah à partir de la terre des promesses.


    L'exil de 70 obligea le judaïsme à se reconstituer en une foi ardente sans terre. La conquête du Livre remplaça la conquête de l'espace, et le juif devenait « Bâtisseur du temps. » Cependant, en orientant ses synagogues vers son pays ancestral, en jeûnant le 3 tichri, le 10 téveth, le 17 tamouz et le 9 av et aux trois autres dates, Israël affirmait dans le drame de sa diaspora, son unité religieuse et nationale. L'on peut comprendre pourquoi paradoxalement le 9 av est appelé moed, jour de fête, « rendez -vous »… avec sa propre identité.



  • JEUNE DU 10 TEVET


    Le siège de Jérusalem


    Le dixième jour du mois de Tevet de l'an 3336 depuis la Création (-425 de l'ère vulgaire), les armées de l'empereur babylonien Nabuchodonosor établirent le siège de Jérusalem. Trente mois plus tard, le 17 Tamouz 3338, une brèche fut ouverte dans les murs de la cité et le 9 Av de cette année, le Saint Temple fut détruit. Suite à cela, le peuple juif fut exilé en Babylonie pendant 70 ans.

    Le 10 Tevet est un jour de jeûne, de deuil et de repentir, en souvenir du siège de Jérusalem. Nous nous abstenons de manger et de boire depuis l'aube jusqu'à la tombée de la nuit, et ajoutons les Séli'hot et d'autres passages dans nos prières.

    Dans de nombreuses communautés, ce jeûne est aussi associé au souvenir des victimes de la Shoah et le Kaddich y est récité pour le mérite de tous ceux dont on ignore la date exacte de la disparition.

    Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi explique qu’un jour de jeûne est aussi un jour de bienveillance divine. Comme l’obligation de jeûner le 10 Tévet est, à certains égards, plus stricte que pour les autres jeûnes, on peut comprendre que la bienveillance divine est aussi plus forte ce jour-là. Donc la Techouva, le retour à D.ieu, que doit amener le jeûne, sera aussi d’un niveau plus élevé



  • JEUNE D' ESTHER


    Au temps d'Assuerus


    "Va, rassemble tous les juifs et jeûnez sans manger ni boire pendant trois jours, ni la nuit, ni le jour." Esther 4:16

    Au temps de Mordéh’aï et Esther, les juifs se sont réuni le 13 Adar afin d’affronter leurs ennemis. Ils avaient besoin de beaucoup de Miséricorde Divine pour que leurs ennemis ne leur portent pas atteinte. Les juifs ont prié et jeûné ce jour-là, à l’instar de Moché Rabbénou qui s’était tenu en jeûne et en prière le jour où Israël avait affronté ‘Amalek, jusqu’à ce qu’Hachem donne la victoire à Israël.

    Là aussi, Hachem le D. de nos ancêtres écouta leurs supplications et accepta leur repentir et leur jeûne, et le jour fixé par nos ennemis pour exterminer Israël fut inversé, et se sont les juifs qui battirent leurs ennemis ce jour-là.

    Le 13 Adar, les juifs tuèrent 75 000 non-juifs qui voulaient porter atteinte à leurs vies, sans compter ceux qui furent tués dans la ville de Chouchann (Suze), capitale de l’Empire perse, et aucun juif ne mourut dans la bataille, « car ce n’est ni grâce à l’armée, ni grâce à la force, mais uniquement grâce à mon esprit, ainsi parle Hachem D. des armées… »

    C’est pour cela que nous avons la tradition dans toutes les communautés d’Israël de jeûner ce jour-là chaque année, en souvenir du Miracle dont ils bénéficièrent, et ce jeûne se nomme « Jeûne d’Esther ».



  • JEUNE DE TAMOUZ


    Le jeûne du 17 Tamouz


    Tamouz est le quatrième mois de l’année juive. Le nom de Tamouz est celui d’une déesse païenne. Il est mentionné comme tel dans le livre d’Ezéchiel (8, 14).

    Début de la période de pénitence qui commémore la destruction de Jérusalem.

    Le 17 Tamouz est un des quatre jeûnes mentionnés dans le livre des Prophètes.

    Selon la tradition juive, 5 grandes catastrophes se sont produites ce jour-là :

    Moïse brise les Tables de la loi en descendant du Mont Sinaï suite à la faute du veau d’or.

    On arrête d’offrir les sacrifices quotidiens dans le premier Temple durant le siège de Jérusalem, les Cohanim (prêtres) ne pouvant plus se procurer d’animaux.

    Une brèche est faite dans la muraille de Jérusalem avant la destruction du Temple en l’an 70 de l’ère vulgaire.

    Avant la grande révolte, le général romain Apostamos brûle un rouleau de la Torah établissant ainsi un précédent pour les horribles autodafés de livres juifs à travers les siècles.

    Une statue est introduite dans le sanctuaire, acte blasphématoire et de désacralisation par excellence.

    Les 21 jours entre le jeûne de Tamouz et le 9 de Av sont appelés par la tradition juive : « jours entre les étroits défilés » selon le verset 1, 3 du livre des Lamentations : « Ses persécuteurs l’ont tous atteint dans les étroits défilés. » Ces trois semaines sont une période de deuil en souvenir de la destruction des deux temples de Jérusalem.



  • TISHA BE AV



    De la destruction à l'espoir


    Ticha Be Av, littéralement le neuvième jour du mois de Av, est le jour du deuil national du Peuple Juif.
    D'après la tradition, à cette date, le premier et le second Temple de Jérusalem ont été détruits. La première destruction du Temple eut lieu en l'an -586, quand Nabuchodonosor, Roi de Babylone, prit Jérusalem et détruisit le Temple qui avait été construit 300 ans avant par le Roi Salomon. Ce fait marqua la perte de la souveraineté juive et le début du premier exil, celui qui est connu comme “Exile babylonien”.
    Ce fut pendant cet exil, qui dura 50 ans, que les Juifs commencèrent à commémorer Ticha Be Av comme jour de deuil.
    La seconde destruction du Temple se produisit 600 ans plus tard, en l'an 70 de notre ère, quand l'empereur romain Tito (I’s) conquit Jérusalem et détruisit le Temple qui avait été reconstruit par les exilés à Babylone après son retour à Sion. Cette seconde destruction est celle qui causa l'exil et la Diaspora de laquelle nous faisons toujours partie.

    Dans le Talmud, nos sages signalent d'autres événements qui se sont produits à cette date. Ils disent que ce fut précisément lors de Ticha Be Av lorsque, dans le désert, nos ancêtres rejetèrent la possibilité d'entrer sur la Terre Promise. La crainte des villages puissants qui vivaient alors sur la terre les firent souhaiter retourner en Egypte. Dieu ne toléra pas ce manque de foi de la part des hébreux et les condamne à errer dans le désert pendant 40 ans.

    Le Midrash dit qu'à ce moment Dieu dit aux hébreux:

    “Vous avez pleuré des larmes sans cause, Je ferai de ce jour, un jour de pleurs pour les générations à venir”

    Selon le Talmud, lors de Ticha Be Av, la forteresse de Betar tomba également, dernier bastion de la rébellion de Bar Kojba contre les Romains en l'an 135. C'est ainsi que la dernière trace de souveraineté juive en Israël s'est éteinte pour presque deux mille ans.

    Tous ces évènements ont un rapport avec l'exil du peuple de sa terre et avec la nécessité de retourner à la souveraineté territoriale.

    En plus, il y eut pendant l'histoire juive et universelle d'autres situations tragiques qui se sont également produits le jour de Ticha Be Av. Peut-être que les plus notables étaient l'Expulsion des Juifs d'Espagne en 1492, l'éclatement de la Première Guerre Mondiale, les premières déportations vers les camps d'extermination et jusqu'à l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima...

    Un autre Midrash, raconte que lorsque le Temple fut incendié, lors de Ticha Be Av, le Prêtre Suprême de cette époque, jeta les clés du Temple vers le ciel. Alors, une main descendit du ciel et prit les clés.

    Le Talmud dit qu'à chaque génération, la même main redescend et offre aux hommes les clés du Temple. C'est peut-être le devoir de chacun de prendre ces clés et d'accepter le défi de la reconstruction



    Click to get cool Animations for your MySpace profile
  • Aucun commentaire: